Histoires de Français Libres ordinaires

 
Accueil
 
Sommaire
 Spahis
  Annuaire DFL
  Calots Rouges
  1061 Compagnons
  1er Marocains
  Presse
 Livres
 Noms
 Films
Contact
Recherche
Plan
 
 

Guerre en Syrie

 

Dans "Calots Rouges et Croix de Lorraine"

 

Page 21

Les combattants F.F.L., de leur côté, entendirent de la bouche du général de Gaulle les raisons de ce combat. Peu refusèrent leur participation. Certains croyaient, ou espéraient, que l'opération ne serait qu'une démonstration, mais la plupart, surtout ceux qui venaient de Syrie connaissaient l'état d'esprit de leurs camarades de l'armée du Levant et savaient que le combat serait rude.

C'est paradoxalement pour cette dernière raison que peu de combattants invoquèrent la clause de leur engagement spécifiant qu'ils n'auraient pas à se battre contre des forces françaises : ils allaient à un combat meurtrier et il ne pouvait être question d'abandonner leurs camarades au moment du danger.

Page 23

Deux anecdotes sont symptomatiques de cette situation ; elles ont été racontées par le sous lieutenant Gerberon et par l'aspirant Kochanowski qui n'avait pas encore rejoint le Régiment. Ils appartenaient alors aux deux partis opposés. L'une de ses deux patrouilles qui se rencontrent dans une petite localité abandonnée, ne se posent aucune question, établissent un dispositif de sûreté commun avant de faire une pause et de "casser la croûte". Ils s'aperçoivent alors que les boîtes de conserve et les cigarettes proviennent d'intendances différentes. Une demi-heure plus tard, ils partaient dans des directions opposées aprês avoir échangé "singe" contre corned beef et "troupes" contre cigarettes anglaises et s'être souhaité bonne chance. L'autre met en contact rapproché deux patrouilles semblables s'interpellant avec les mêmes phrases "Etes-vous Français ou ennemis ?" et ne recevant d'autre réponse que "et vous ?", mais surtout aucune parole révélatrice.

Mais cette phase des combats presque pour rire se terminait, et deux phrases du commandant Jourdier prennent ici toute leur valeur : "A la guerre, ce qui est amusant ce n'est pas la guerre, c'est la guéguerre" et "A la guerre, quand ça va bien, ça va très bien, mais quand ça va mal, ça va très mal". Cette formule était souvent remplacée par la suivante : "C'est lorsque cela cesse d'aller très bien que cela commence à aller très mal".

C'en était fini de la guéguerre et cela n'allait pas tarder à aller très mal. Damas était protégée par une ligne de hauteurs à une quinzaine de km au sud de la ville sur laquelle était établie la ligne de résistance des troupes de Vichy.

La division Legentilhomme, n'ayant pu s'en emparer avant qu'elle soit solidement occupée, il était aventureux d'engager plus avant la colonne Collet, malgré la récupération de deux automitrailleuses abandonnées, dénommées "tanaké", terme arabe pour bidon de 20L d'essence, par allusion à l'épaisseur de leur blindage. Des chars étaient en effet signalés en lisière de la Ghouta, vaste oasis constituant les "Jardins de Damas", et l'effet de surprise ne pouvait plus jouer.

La colonne fut donc repliée sur le Djebel Djarouniyé en attendant que puisse être regroupée pour l'attaque la "Gentforce", c'est-à-dire l'ensemble des F.F.L. renforcés de la brigade indienne, aux ordres du général Legentilhomme.

Les débuts de la phase guerrière commencèrent avec son environnement habituel, l'ennui. L'escadron de spahis occupait le Tell abou Hassan, colline qui protégeait le Djebel Djarouniyé que personne ne songeait à attaquer, et surveillait une plaine où il ne se passait rien.

La journée du 12 juin fit exception. Au petit jour, l'escadron Tcherkess à cheval déploya ses patrouilles vers le nord. Elles prirent un contact rapproché et violent et constatèrent que la position de défense avait été renforcée : Najah était occupé par des chars, et les collines l'entourant par de l'infanterie. Le commandant d'escadron avait été blessé, un cavalier fait prisonnier et le repli ne fut possible que grâce à la rapidité des chevaux. Dans la matinée, un peloton d'automitrailleuses réussit à déborder le dispositif de la colonne Collet et en attaqua le convoi de ravitaillement la privant d'une eau attendue avec impatience. Vers le même moment un détachement de chars et d'automitrailleuses attaqua de front le Djebel Djarouniyé. Il fut repoussé, laissant deux engins sur le terrain et emmenant un char en remorque. Cette journée sans une goutte d'eau sous un soleil de plomb, devait rester un des très mauvais souvenirs de tous ceux qui l'ont vécue.

Le 15 juin devait être lancée une attaque générale sur la position adverse par l'ensemble de la "Gentforce". Le détachement Jourdier devait comprendre, outre l'escadron Villoutreys, la compagnie de chars H39 Volvey, un peloton d'automitrailleuses anglaises et un peloton Tcherkess à cheval, aux ordres du sous-lieutenant Oddo.

Chars et spahis à pied, partant de bases de départ différentes, devaient converger sur les vergers de Najah, pendant que Tcherkess à cheval et automitrailleuses devaient reconnaître le village de Aadliyé, sur le Nahr el Aouaj à quelques kilomètres à l'ouest de Najah.

Cette opération devait être la première coopération des chars et des spahis, et leur sort fut définitivement lié ce jour là jusqu'à la fin de la guerre, pour le meilleur et pour le pire.

Faute d'artillerie, aucune préparation ou accompagnement par des feux puissants n'était prévu, et cette absence fut fatale à l'issue heureuse de l'opération.

Quelques minutes avant le départ de l'attaque, la reconnaissance s'élança, mais des rafales d'artillerie sur les chevaux déployés en fourrageurs les dispersèrent et montrèrent que l'opération ne se passerait pas sans difficultés.

La progression à pied de l'escadron de spahis fut accompagnée par de semblables salves d'obus. Deux batteries de 75 tiraient sans interruption, bientôt renforcées par un groupe de 105.

Arrêté quelques instants, l'escadron put repartir grâce à l'intervention des chars qui attirèrent sur eux les tirs de l'artillerie. Mais bientôt les armes à tir tendu entrèrent en action. Les chars furent mis hors de combat les uns après les autres et il n'en restait plus qu'un seul, tourelle bloquée par un coup de 47 antichar, qui réussit cependant à détruire l'arme qui avait fait tout ces ravages.

Avec de lourdes pertes, l'escadron atteignit l'oued, la plus grande partie de ses cadres ayant été gravement atteint. Seul, un résidu, incommandable de ce fait, put continuer sur une centaine de mètres.

Dans les vergers clairsemés de Najah, complètement dominés par l'adversaire, il était impossible de se dissimuler. Le terrain très sec et poussiéreux accusait les impacts de balles, et la position dominante des observateurs d'artillerie permettaient des tirs très ajustés.

Les trois chefs de peloton étaient hors de combats, deux d'entre eux tués, les sous-lieutenants Moreau et Bensa. Deux sous-officiers adjoints étaient blessés et le commandant d'escadron, le capitaine de Villoutreys était blessé et disparu.

Deux escadrons tcherkess à pied réussirent à s'emparer de Najah, mais ne purent ni le dépasser ni s'y maintenir. L'attaque avait échoué.

Voici comment le spahi Pierre Mercinier vécût cette aventure :

"Le dimanche 15 juin, nous reçûmes l'ordre d'attaquer le village de Najah, constituant le centre d'une cuvette, située à 15 km environ au sud de Damas dont la prise était essentielle pour la percée vers cette capitale qui sera enlevée le 21 juin 1941.

De bonne heure et comme un seul homme, officiers en tête, le Premier Escadron de Spahis Marocains monta à l'attaque. Mon peloton (le 1er) était à pied. On nous avait remis des baïonnettes. Combats meurtriers. Grosses pertes : un bon tiers de mon unité fût tué ou blessé. Mais les spahis, une fois de plus, se révélèrent courageux car ils allèrent de l'avant sous un déluge de feu constitué par des tirs d'artillerie et d'armes automatiques. Pour ma part, j'eus beaucoup de chance. En effet, alors que je m'avançais, je reçus une balle qui fit ricochet sur le haut de la face interne de ma cuisse droite. Je refusai les soins que mon chef de peloton, le sous-lieutenant Bensa me proposait, et qui fût tué quelques instants après. Puis je reçus un second coup de fouet encore plus cinglant, qui me fit m'évanouir. C'était une balle venue se loger dans mon avant-bras droit.

Le sous-lieutenant Bensa était un neveu de Clemenceau. il avait rallié après l'armistice de juin 40, en embarquant pour l'Angleterre, sur un cargo polonais, à Saint Jean de Luz
...."

Les pertes de l'escadron furent sévères. Sur un total de 95 spahis, il y eut 7 tués, 2 disparus, 24 blessés. Très diminué, l'escadron fût réorganisé aux ordres du vétérinaire-lieutenant Troquereau et joua un rôle actif dans la prise de Damas au sein de la colonne Collet. Le détachement Jourdier s'empara de la localité de Geramana, capturant quelques prisonniers dont un capitaine qui après sa libération, participa par la suite à la création de la "Légion tricolore" recrutée par les Allemands en Tunisie. L'armistice de Saint Jean d'Acre mit fin le 12 juillet à ce combat aussi stérile que sanglant.


Accueil / Sommaire / Spahis / Calots Rouges

1061 Compagnons



page.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 26 3 2017  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  9 requêtes