Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Contact
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 57094
 

Un Français Libre oublié

 

Je vous suggère d'utiliser le livre d'or de ce Français Libre pour me proposer la création d'une nouvelle page pour un Français Libre ou une Française libre oublié(e).

Le message que vous déposerez dans cette page sera déplacé dans la nouvelle page créée et il sera la première contribution au livre d'or du Français libre que vous nous aurez fait découvrir.

Indiquez si possible :

Un nom, un prénom, une date et un lieu de naissance.

Ce qu'il faisait avant de partir vers la France Libre, d'où il est parti, quand il a éventuellement franchi les Pyrénées vers l'Espagne, a quelle date il s'est engagé dans la France Libre et où.

Dans quelle arme a-t-il servi, dans quelle unité de la France Libre ? A t'il participé à la bataille de Bir Hakeim ?

Quel était son grade à la fin de la guerre ?

S'il est mort, pendant la guerre ou ensuite, la date et le lieu de son décès ?

Et si vous avez des documents, déposez l'image de celui qui vous semble montrer le mieux son appartenance à la France Libre.

Et si vous avez un doute sur ce qui caractérise un Français Libre, cette page vous aidera probablement à y voir plus clair

Contribuez à son livre d'or !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 4 multiplié par 9 =  ?


Un Français Libre oublié - son Livre d'or !
 

Un aviateur manquant

Bonjour,

Je n'ai pas trouvé dans vos listes le nom d'Yves Laurent, pilote dans les FAFL, qui figure pourtant dans la page consacrée à Robert Colcanap; en effet, tous deux ont trouvé la mort dans le même avion, Laurent étant le pilote et Colcanap l'observateur.

Voici ce que j'ai pu noter dans "Mémoire des Hommes" :

LAURENT Yves, mort pour la France le 11 novembre 1943 à Hartford Bridge (Grande-Bretagne).
Né le 6 novembre 1917 à Saint-Thégonnec (Finistère).
Statut : militaire air.
Grade : sous-lieutenant pilote.
Unité : groupe de bombardement "Lorraine", squadron 342 de la RAF - FAFL.
Décès : accident aérien au cours d'un exercice; panne de moteur.
Sources : Service historique de la Défense, Vincennes. Cote A1 Mi 28.
Enterré au carré des aviateurs de Brookwood, le corps d'Yves Laurent a été transféré après la guerre au cimetière de Saint-Thégonnec.

Voici la citation attribuée à Yves Laurent, telle qu'elle figure dans la page consacrée à Robert Colcanap :

" Jeune officier-pilote enthousiaste et généreux, avait trouvé au groupe "Lorraine" l'accomplissement de son vœu le plus cher : se battre pour la libération de son pays. A participé à onze missions de bombardement en territoire occupé par l'ennemi, dont cinq en vol rasant. A trouvé la mort le 11 novembre 1943, au cours d'un vol d'entraînement, donnant ainsi un dernier exemple magnifique d'esprit de sacrifice dans les circonstances suivantes: cherchant à poser en campagne son avion désemparé, et s'apercevant au dernier moment que des militaires jouaient sur le terrain qu'il avait choisi, le sous-Lieutenant Laurent dirige son avion sur un terrain moins favorable, sacrifiant ainsi sa vie à la leur."

Nicolas Rullon le mercredi 03 avril 2019 - Demander un contact

Réponse :

Sa page est pourtant ici 


Mon père Tinelle Albert faisait parti du groupe Hildevert il était FFI

Albert, né le 12 octobre 1924 à Paris, s’était engagé devant l’Intendant départemental de Valence (Drôme) le 3 novembre 1942 pour une durée de trois ans au titre du 4ème Régiment de Zouaves alors stationné en Tunisie. Il est aussitôt dirigé vers Marseille mais le 11 novembre doit rejoindre le 8ème Régiment d’infanterie de Montpellier. En effet les voies sont coupées. Les Alliés ont débarqué en Afrique du Nord le 8 novembre, les Allemands pour répondre à la menace ont envahi la zone libre le 11. Le voilà démobilisé le 27 novembre, envoyé en permission à son domicile en région parisienne, et enfin placé en position de congé d’armistice le 1er mars 1943.
Pendant l’occupation il rejoint le réseau Armand Spiritualist dépendant de la Section française du Special operation executive (S.O.E) et commandé dans l’Est parisien par Charles Hildevert ; il est affecté à la compagnie Charpeaux. Le 26 août 1944 le bataillon Hildevert se dirige vers Oissery où il doit réceptionner un important parachutage d’armes et de munitions. Un fort détachement allemand se trouve déjà sur place. La bataille s’engage et tourne au désavantage des FFI qui infligent cependant de lourdes pertes à l’ennemi. Comme dit plus haut, plus de soixante hommes auraient été faits prisonniers. Certains sont embarqués dans un train parti la veille du Perreux-sur-Marne. Destination : les camps de concentration de Mauthausen et Bergen-Belsen. Ils reviendront peu nombreux. D’autres sont conduits à Meaux. Parmi eux le capitaine Florimond Leuridan, chef du groupe FLO, qui y est fusillé dans la soirée. Albert Tinelle, quant à lui, est envoyé à Louvain (Belgique) puis dirigé sur le stalag II D de Stargad au Nord-Est de Berlin.



Cliquez pour agrandir

andrée Tinelle le jeudi 14 mars 2019 - Demander un contact

Réponse :

GR 16 P 293619 | HILDEVERT ( Charles Henri ) | 1897-08-04 | Lille | Nord | FRANCE | FFc FFi
GR 16 P 369010 | LEURIDAN ( Florimond ) | 1902-06-22 | Ploegsteert | | BELGIQUE | FFc DIR

Mais pour que j'ajoute votre père dans cette liste il faudrait mieux un acte d'engagement dans les Forces Françaises Libres (et pas un engagement en zone libre dans l'armée de Vichy)


Pas sur mais....

GR 16 P 168415 | DELATTRE ( Gérard ) | 0000-00-00 |

Photo :  

Bulletin de janvier 2002 



Cliquez pour agrandir

Laurent Laloup le jeudi 07 mars 2019 - Demander un contact

Réponse :

Pas sûr en effet ...


Lostanges-Béduer marin de la France Libre

Pierre Napoléon Sampiero LOSTANGES (DE)
Mort pour la France le 25-09-1944 (Besançon, 25 - Doubs, France)
Né(e) le/en 27-11-1921 à Fort-de-France (972 - Martinique, France)
Carrière Statut militaire
Unité bataillon du Pacifique (BP)
Mention Mort pour la France Cause du décès des suites de blessures
Sources Service historique de la Défense, Caen
Cote AC 21 P 80673
Inhumé à Rougement(25) , inscrit monument aux morts de Calvi (Corse)

Soursou Daniel le mardi 26 février 2019 - Demander un contact

Réponse :

Dossier au SHD GR 16 P 171766 | DE LOS TANGES BEDUER ( Pierre Napoléon Sampiero ) | 1921-11-27 | Fort-de-France | Martinique | FRANCE

mais pas d'homologation et donc il s'est peut être engagé trop tard pour être français libre (date limite 31 juillet 1943) ???


Mon père

Vic la Gardiole - THAU INFO : Le journal du pays de Thau

caroline ortoli le vendredi 21 décembre 2018 - Demander un contact

Réponse :

Je lis : " Emile Mennetret est né en 1925 à Rabat, au Maroc, alors département français.
A 18 ans il s'est porté volontaire à la marine nationale, à Casablanca, en septembre 1943.
Il a rejoint Londres début 44, où il a suivi une formation d'opérateur radio pour l'aéro-navale.
Il a été envoyé à Dakar en juin 1945.
Emile Mennetret quittera l'armée en octobre 1946."

Donc engagement trop tardif pour être considéré comme Français Libre, il fallait s'engager avant la fin juillet 1943 dans une unitité dépendant de la France Libre. En septembre elles n'existent plus, les FFL ont été fusionnées avec l'ex armée de Vichy en Afrique. (Mais bien sûr nul ne saurait lui reprocher d'avoir attendu ses 18 ans)

Le SHD a un dossier GR 16 P 410895 | MENNETRET ( Marcel Eugène Charles Emile ) | 1923-02-27 sans homologation. Est-ce lui avec une erreur de date ? Son frère ?

Marcel MENNETRET
Mort pour la France le 25-04-1945 (Wangerooge, Allemagne)
Né(e) le/en 27-02-1923 à Rabat (Maroc)
Carrière
Statut militaire - Air
Grade sergent radio
Unité Forces aériennes françaises en Grande-Bretagne (FAF GB)
Mention Mort pour la France
Cause du décès tué en service aérien commandé
Sources Service historique de la Défense, Vincennes
Cote AI 1Mi 28

Mon frère Marcel Mennetret mécanicien sur Halifax Groupe Tunisie a été porté disparu après le crash de son avion le 25 AVRIL 1945(dernière mission de la RAF) au dessus de l'île de Vandgerooge. Jamais retrouvé et estimé perdu en mer ainsi que deux autres membres de l'équipage (contrairement à 4 autres corps du reste de l'équipage retrouvés et enterrés sur l'île. Je me trouvais moi-même dans la Royal Air Force, jeune engagé dans l'aéronavale française,lorsque j'ai appris la disparition de mon frère.
Emile Mennetret 86 ans
Posté par Mie, samedi 26 février 2011


Jean FAYOLLAS, Q.M.Radio, PC 1er RFM

Né le 24/12/21 à St Pardoux la Rivière (24), engagé volontaire en 1939 puis comme marin sur le sous-marin Diane le 01/04/40, il est à Mers El Kébir le 3/07/40 ou le Diane échappe en plongée à la destruction par la marine britannique.En avril 43, il tente de rallier les FFL par Gibraltar mais il est arrêté par la Police française à Tanger et incarcéré à la Prison maritime de Mers El Kebir d'où il s'évade après 38 jours de cachot.Le 20/06/43 il fait partie des Commandos Corps Francs d'Afrique et rejoint les FFL à Zouara en Tripolitaine qui l'affectent au 1er RFM de la 1ère DFL. Il participe ainsi à la Campagne de Tunisie, d'Italie et de France (débarquement en Provence).Il est titulaire (entre autres décorations civiles) de la LH, de l'ONM, de la MM, de la CG 39/45, de la CCVR, de la MFL, de la MC (Italie, Méditerranée, Allemagne, Libération).
Son carnet de route de la campagne d'Italie mentionne qu'il est le témoin direct de la mort du "Pacha" Amyot d'Inville le 10 juin 1944 dont il était le radio du PC, l'ayant pris dans ses bras après qu'il eût sauté sur une mine devant Montefiascone, pour ensuite participer à l'évacuation de son chauffeur René BALEICH par avion léger.
Agé de 97 ans, mon beau père souhaiterait renouer avec ses camarades encore vivants du 1er RFM.



Cliquez pour agrandir

Sylvain RAMBAUD le samedi 03 novembre 2018 - Demander un contact

La page d'origine de cette contribution

Réponse :

Pas trouvé dans les listes Ecochard et Chaline mais homologué FFL au SHD. Page créée, merci !

Je trouve aussi son nom dans les anciens du RFM dans l'annuaire de la DFL de 1972


Maurice Le Noury

Surpris de ne pas voir Maurice Le Noury dans la liste des Français Libre, mais peut-être que je me trompe.
né le 27 décembre 1921 à Villegats
Affecté en novembre 1941 au 1er Zouaves.
Rejoint le French Squadron du 2nd SAS à
Philippeville en juillet 1943.
Breveté parachutiste à
Ringway le 13 avril 1944
Rupert Jeudi 10 aout 1944
Amherst Mercredi 4 avril 1945-Vendredi 20 avril 1945.
Un livre vient d'être écris sur son parcours
Toujours en vie

Leffray le jeudi 01 novembre 2018 - Demander un contact

Réponse :

GR 16 P 362679 | LE NOURY ( Maurice ) | 1921-12-27 | Villegats | Eure | FRANCE | pas d'homologation

page fflsas.org 

Mais le 1er zouaves c'est l'armée de Vichy et pour le 2e SAS je lis ça  "le Commando français qui lui est rattaché a été créé le 1er avril 1943 par décision du Général français Koeltz : c'est le French Squadron. Les hommes qui le composent sont recrutés sur place et donc proviennent de divers Corps de l'Armée d'Afrique (Chasseurs, Légionnaires, Zouaves, Tirailleurs etc...)"

Donc je ne pense pas qu'il se soit engagé dans les Forces Françaises Libres

Par contre j'ai ajouté Raymond Couraud 


Andrée-Louise MATHEY-DORET

bonjour,

suite à des recherches (et ouverture des dossiers Résistance -Vincennes- et Déportation -Caen-) j'ai compris que ma cousine A-L Mathey-Doret (agent P3, Sous-Lieutenant FFC, réseau évadés isolés; arrêtée le 20 8 1943 et internée à la prison de la Butte à Besançon -Doubs- jusqu'au 13 mai 1944 puis transférée à Romainville puis déportée à Ravensbrück puis Kommando d'Oranienburg et transférée à Sachsenhausen et enfin libérée par l'armée russe en début mai 1945 lors de la "longue marche de la mort") n'a pas eu la Légion d'Honneur ni la Croix de Guerre. En revanche les américains lui ont décerné la Medal of Freedom.

en PJ je mets une archive reçue d'Allemagne récemment, c'est le 18 mai 1944 , elle reçoit le matricule 39290 en arrivant au camp de Ravensbrück

pensez_vous possible de lui faire attribuer la Légion d'Honneur à titre posthume ?
merci pour vos conseils



Cliquez pour agrandir

Matthey-Doret le dimanche 28 octobre 2018 - Demander un contact

La page d'origine de cette contribution

Réponse :

Etant donné sa date d'arrestation, il semble évident qu'elle s'est engagée avant aout 1943 et qu'elle est donc Française Libre bien qu'elle ne soit pas homologuée comme telle dans la liste du SHD et qu'elle n'apparaisse pas dans la liste Ecochard

Je ne connais que les "grades" P1 et P2 pour la Résistance intérieure, pas P3

La Légion d'Honneur est décernée à des personnes vivantes. Les seuls cas posthumes me semblent définis ici  " (Décret nº 81-998 du 9 novembre 1981, Art. 4) « Le ministre de la défense est autorisé par le grand maître à concéder soit directement, soit par voie de délégation, la médaille militaire, dans un délai (Décret nº 2012-1423 du 19 décembre 2012, Art. 1) d'un an, à des militaires et assimilés non officiers, tués ou blessés dans l'accomplissement de leur devoir et qui sont reconnus dignes de recevoir cette distinction. »
Les décorations ainsi attribuées sont régularisées dans le délai le plus bref par décret rendu en conformité avec les dispositions du présent code et mentionnant les circonstances qui ont entraîné la mesure d'exception."

Vera Makaroff épouse Obolensky  chevalier en 1958, 14 ans après sa mort, me semble un cas très exceptionnel


VAISSIERE Etienne

Un matelot maître d'hôtel VAISSIERE Etienne apparaît dans l'ordre n° 23 du 31 décembre 1943 du capitaine de frégate Roux, commandant la 1ère Division d'avisos et l'aviso Commandant Duboc, dans la liste des matelots classés matelots de 1ère classe à compter du 1er janvier 1944. Il a comme matricules 12710FN43 et 689Biz41. (Source : SHD Vincennes, TTY 196).

Le même apparaît dans la liste de l'amiral Chaline : mêmes nom et prénom, mêmes matricules, même spécialité. Date d'engagement dans les FNFL : 15 mai 1943. Embarquement : Commandant Dominé.

Il existe aussi un dossier administratif de résistant GR 16 P 582274 au nom d'un Etienne VAISSIERE (homologué au titre des FFL) sans lieu ni date de naissance.

Mais il n'y a apparemment pas d'Etienne VAISSIERE sur votre site...

OMNÈS Jacques le samedi 20 octobre 2018 - Demander un contact

La page d'origine de cette contribution

Réponse :

oubli réparé


AJOUT FFL

BIDERMANN Charles Robert, né le 26 janvier 1910 à Saint-Dié-des Vosges (Vosges)
Famille résistance
forces françaises libres (FFL)
Cote(s)
Service historique de la Défense, Vincennes GR 16 P 59150

pour l'instant pas d'autres renseignements.
Cordialement.

Jean-Loup FROMMER le dimanche 23 septembre 2018 - Demander un contact

Réponse :

Charles Robert Biedermann 

Dernière mise à jour le mercredi 03 avril 2019

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 19 4 2019  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.17 s  7 requêtes