Les Français Libres, de juin 1940 à juillet 1943

 
Accueil
 
Presentation
Liste des Français Libres
Recherche même nom
Contact
Liste du SHD
Liste Chaline
Liste Ecochard
 
 

Un Français Libre parmi 59838
 

Un Français Libre oublié

 

Je vous suggère d'utiliser le livre d'or de ce Français Libre pour me proposer la création d'une nouvelle page pour un Français Libre ou une Française libre oublié(e).

Le message que vous déposerez dans cette page sera déplacé dans la nouvelle page créée et il sera la première contribution au livre d'or du Français libre que vous nous aurez fait découvrir.

Indiquez si possible :

Un nom, un prénom, une date et un lieu de naissance.

Ce qu'il faisait avant de partir vers la France Libre, d'où il est parti, quand il a éventuellement franchi les Pyrénées vers l'Espagne, a quelle date il s'est engagé dans la France Libre et où.

Dans quelle arme a-t-il servi, dans quelle unité de la France Libre ? A t'il participé à la bataille de Bir Hakeim ?

Quel était son grade à la fin de la guerre ?

S'il est mort, pendant la guerre ou ensuite, la date et le lieu de son décès ?

Et si vous avez des documents, déposez l'image de celui qui vous semble montrer le mieux son appartenance à la France Libre.

Et si vous avez un doute sur ce qui caractérise un Français Libre, cette page vous aidera probablement à y voir plus clair

Contribuez à son livre d'or !

Ouvert à tous pour exprimer vos sentiments, évoquer vos souvenirs, préciser son parcours, sa vie, poser des questions, citer des livres, des articles, des sites, déposer des documents, photographies, ...

Votre nom Votre e-mail il restera caché

Titre de la contribution

Texte de la contribution

Une image (gif ou jpg) sur votre ordinateur

Et pour prouver que vous n'êtes pas un robot : 3 plus 2 =  ?


Un Français Libre oublié - son Livre d'or !
 

Une nouvelle contribution attend d'être validée

Aïn Diab

En juillet 1968, nous avons confronté nos souvenirs tout récents de manifestants dans les rues parisiennes, il organisait ses vols en fonction des "événements". J'étais en vacances chez ma mère et son compagnon, Michel Alexis Thorin directeur de la Compagnie fiduciaire de Casablanca qui le fréquentait pas mal à l'époque et qui l'avait invité avec l'actrice Marie Françoise Rumilly. Nous avons été dans les premiers à lire L'âne au long cours tout juste paru (chez MFR, justement). Puis il m'a permis de passer un moment dans le cockpit de sa Caravelle au retour, j'avais trente ans...

lucien gillard le samedi 07 décembre 2019 - Demander un contact

La page d'origine de cette contribution


Une PFAT

Gisèle DEBETS est née à Kenitra (Maroc) le 5 Mai 1920 et son frère Christian figure déjà parmi les Français Libres comme ancien du 2ème RMT et de la 2ème DB. Elle s'est engagée en 1943 pour la durée de la guerre dans le corps féminin des transmissions. En Avril 1944 elle devient chef du standard téléphonique du futur Maréchal de Lattre de Tassigny qu'elle suivra dans ses campagnes et à Paris. Son dernier grade : adjudant-chef. Elle est titulaire de la médaille militaire, de la médaille du combattant volontaire (Rhin et Danube), et est chevalier de l'ordre national du mérite. Elle est décédée à Rennes le 28 Janvier 2018.
Ci-dessous, le résumé de l'état de ses services militaires.
J'ignore si elle vérifie tous les critères d'attribution du titre de Française Libre, mais à mon avis personnel sa carrière le justifierait amplement.

Sa photo ci-jointe date de 1954, elle a été prise à Hanoï lors d'une cérémonie de lever des couleurs, elle était chef du personnel féminin de la base.

RÉSUMÉ DE L'ÉTAT DES SERVICES CONCERNANT LA S.P.F.A.T. DEBETS Gisèle

Engagée volontaire le 28 juin 1943 au titre du Corps Féminin des Transmissions pour la durée de la guerre, est affectée à CASABLANCA puis à MEKNES au service de brouillage des émissions radiotélégraphiques ennemies.

En avril 1944, elle est affectée au P.C. du Général DE LATTRE pour servir comme téléphoniste. Le 24 août 1944, elle part aux armées, embarque sur le VILLE D'ORAN, débarque le 27 à TARENTE (ITALIE). Fait mouvement sur la FRANCE, où elle aborde le 21 septembre 1944 à MARSEILLE, puis fait route avec la 1ère Armée vers DIJON et l'ALLEMAGNE. Repasse la frontière franco-allemande le 19 août 1945 et sert comme téléphoniste dans la maison militaire du Général DE LATTRE, 4 bis Bd de LA TOUR MAUBOURG.

Le mal du pays la décide de repartir au MAROC le 1er avril 1947 où elle exerce les fonctions de surveillante du central téléphonique de FEZ, puis de CASABLANCA. Mais la PFAT DEBETS veut connaître d'autres horizons et fait acte de volontariat pour servir en Extrême Orient ; elle débarque sur le sol indochinois à SAÏGON le 22 juillet 1949. Affectée au TONKIN comme surveillante du central téléphonique et Chef du personnel féminin de HANOÏ, elle accomplit deux séjours consécutifs sur ce territoire qu'elle quitte le 23 octobre 1953.

Elle retrouve alors le MAROC : CASABLANCA, puis FEZ et à nouveau CASABLANCA, mais cette fois comme opératrice de téléimprimeurs et ce jusqu'au 23 septembre 1959 où elle décide de rejoindre les F.F.A. Affectée au G.E.T. 813, elle prend les fonctions de Chef de secrétariat du Chef de Corps qu'elle assume jusqu'au 1er mai 1965.

Affectée au G.R.E.T. 803 pour servir au Centre de Transmissions Régionnal en qualité de surveillante du central téléphonique, puis chef du service d'exploitations télégraphique ; elle sert jusqu'au 28 novembre 1968 avec honneur et fidélité le métier qu'elle considère comme une vocation.

Yves TALFER le jeudi 05 décembre 2019 - Demander un contact

Réponse :

Mais ce n'est pas la carrière qui fait le Français Libre, c'est l'engagement dans une unité de la France Libre avant aout 1943. Et le 28 juin 1943, il me semble qu'elle s'engage plutôt dans l'armée de Giraud, non ?


GR 16 P 293356| HIBERT ( Jean )| 0000-00-00|||| FFL
Histoire des pompiers de Paris 1938-1944 

DCD le 24 janvier 1984 à Rodez
Archives de Paris  page 22/31



Cliquez pour agrandir

Laurent Laloup le samedi 23 novembre 2019 - Demander un contact

Réponse :

Mais il y a aussi Jean Fernand Hibert  qui est plus probablement concerné par ce dossier


Suite

Vents du large: hommage à Georges Boisvert De Jacqueline Penjon, Anne-Marie Quint



Cliquez pour agrandir

Laurent Laloup le dimanche 03 novembre 2019 - Demander un contact

Réponse :

Donc CFLN  et donc post France Libre


Armand du Chayla ?

GR 16 P 196023| DU CHAYLA ( Armand )| 0000-00-00|

criminocorpus.hypotheses.org 



Cliquez pour agrandir

Laurent Laloup le dimanche 03 novembre 2019 - Demander un contact

Réponse :

Donc interrogé par le BCRA mais ça ne montre pas qu'il adhère


Date de ralliement

Le registre en 36xxx donne pour le Sgt Francis Decrept, n°36255, donne ralliement France Libre 22 août 1943 et les FAFL au 7 novembre 1943.

bertrand le lundi 28 octobre 2019 - Demander un contact

Réponse :

Il faut donc lire dans l'article du Maitron "puis, en passant par l’Espagne, rejoignit l’Angleterre en octobre 1943"

Donc il aurait pu passer en Espagne en Novembre 1942 et être donc considéré comme Français Libre malgré cet engagement tardif

Mais FFLSAS dit "Démobilisé et rentre en France le 27/11/1942" donc il n'a pas pu passer en Espagne assez tôt, théoriquement.

Je me réfère toujours à cette page  (qui vient de changer d'adresse) et elle dit : "les évadés avant le 8 novembre 1942 de france occupée ou d’un territoire palcé sous le contrôle du gouvernement de fait, qui ont rejoint effectivement une unité FFL, même après le 31 juillet 1943 pour des cas de force majeure, tels que l’incarcération consécutive à leur évasion. »
Après le 8 novembre 1942, date du débarquement des Alliés en Afrique du nord, les FFL n’étaient plus alors les seules forces françaises engagées dans la lutte. Cela explique la limite fixée, car l’intention de rallier les FFL doit clairement ressortir. Toutefois,le cas des évadés qui auraient été reconnus Français Libres avant la parution de l’instruction du 29 juillet 1953, sans tenir compte de cette date limite, ne saurait être remis en cause."

Donc dans son cas, il me suffirait de voir l'insigne de la France Libre sur sa photo...


Proposition de nouveau nom

Madame, Monsieur,
Mon grand-père, Marcel Lannier, était membre d'un réseau chargé de transmettre des documents entre Chateauroux et Tours. Comme banquier (Comptoir d'Escompte de Loches) il avait des facilités pour traverser la ligne de démarcation, pour visiter ses clients. Dénoncé, il fut arrêté à Ligueil, en mars 1942, emprisonné à Loos, ensuite à Krefeld, puis condamné aux travaux forcés à perpétuité à la forteresse de Sonnenburg, en Silésie, maintenant polonaise (Slonsk). Il est mort d'épuisement début juin 1944 (date imprécise). Son nom est cité et quelques lignes lui sont consacrées, dans le livre Nuit et Brouillard de Karol Jonca et Alfred Koniecszny, ainsi que sur les monument aux morts de Slonsk et de Loches. Déclaré mort pour la France, sa fille, ma mère, était pupille de la Nation.
Pensez-vous pouvoir inscrire mon grand-père dans votre liste ?
Bien cordialement,
Jean-Paul Penin

Jean-Paul Penin le dimanche 27 octobre 2019 - Demander un contact

Réponse :

GR 16 P 336776 | LANNIER ( Marcel ) | 1899-08-20 | Coulommiers | Seine-et-Marne | FRANCE | RIF 

Je suppose que c'est lui ? Si c'est le cas il est donc homologué "Résistance intérieure française" et donc pas engagé dans un réseau affilié à la France Libre (si c'était le cas il serait homologué FFC). Mais cette liste du SHD n'est pas infaillible non plus ...


Jean Decrept dit Francis

Article du Maîtron 
Photo FFL SaS

Jean (dit Francis) Decrept était le fils d’Étienne Decrept, peintre décorateur, et de Marthe Davant, sans profession. Célibataire, il était domicilié à Paris (XVIe arr.)
Militaire de carrière affecté au dépôt d’armes 171 à Auch (Gers) le 15 avril 1940, et maintenu dans l’Armée d’armistice, Francis Decrept embarqua à Marseille en avril 1941 pour Casablanca. Démobilisé en novembre 1941, il rentra en France en novembre 1942, puis rejoignit l’Angleterre en passant par l’Espagne en octobre 1943, et s’engagea dans les Forces aériennes françaises libres (FAFL) sous le matricule 36 255. Il suivit l’entrainement de parachutiste et fut breveté à Ringway, et fut affecté au 2e régiment de chasseurs parachutistes (2e RCP) ou 4e SAS (Special Air Service) du commandant Bourgoin qui fut parachuté en Bretagne à partir du 6 juin 1944. La mission des SAS était de saboter les voies de communication et de rassembler, équiper, former, encadrer les maquis bretons, avec pour objectif d’empêcher ou au moins de retarder le transfert vers le front de Normandie des troupes allemandes stationnées en Bretagne.

Parachuté le 10 juin 1944, Francis Decrept rejoignit le camp de Saint-Marcel (Morbihan) où de nombreux résistants appartenant aux Forces françaises de l’intérieur (FFI) et aux Francs-tireurs et partisans français (FTPF) furent regroupés et armés, et qui fut attaqué en force par la Wehrmacht le 18 juin 1944. Les parachutistes SAS et les combattants FFI-FTPF durent se disperser et se cacher pour échapper à l’impitoyable traque engagée par la Feldgendarmerie, la Wehrmacht appuyée par de nombreux détachements de soldats russes, géorgiens et ukrainiens rassemblés dans les « unités de l’Est », les agents de l’Abwher (service de renseignements de la Wehrmacht) et du SD (Sicherheitsdienst-Service de sécurité de la SS), ainsi que les agents français de la FAT 354 (Front Aufklärung Truppe) et les miliciens bretons du Bezen Perrot.

Francis Decrept trouva refuge avec plusieurs camarades SAS blessés dans la ferme d’Armand Kerhervé à Kerlanvaux en Trédion (Morbihan). Le 14 juillet 1944, des soldats allemands et des agents français du FAT 354 (Front Aufklärung Truppe) cernèrent et attaquèrent la ferme. Francis Decrept fut tué lors de l’assaut en même temps que cinq autres SAS : Joseph Collobert, Joseph Galliou, Frederick Harbinson, Paul Miot et Jean Perrin. Armand Kerhervé fut battu à mort et jeté dans le brasier de sa ferme incendiée, avec les corps de quatre parachutistes SAS.

Né le 27 août 1919 à Bidart (Basses-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques), mort au combat le 14 juillet 1944 à Trédion (Morbihan) ; militaire ; FFL-SAS.
Francis Decrept a obtenu la mention « Mort pour la France » et a été homologué FFL. Il est titulaire de la Médaille militaire et de la Croix de guerre.

Dans le Morbihan, le nom de Francis Decrept est inscrit sur le monument commémoratif de Kerlanvaux en Trédion et sur le mémorial des parachutistes SAS de la France libre à Plumelec (Morbihan).
Dans les Pyrénées-Atlantiques, il figure sur le monument aux morts de Bidart.
En Saône-et-Loire, il est gravé sur le mémorial international des SAS à Sennecey-le-Grand

SOURCES : AVCC, Caen, AC 21 P 114 134. — SHD, Vincennes, GR 16 P 164052. — Arch. Dép. Morbihan, 41 J 46 et 47, 77. — Roger Leroux, Le Morbihan en guerre 1939-1945, Joseph Floch imprimeur-éditeur, Mayenne, 1978. — Joseph Jégo, 1939-1945 Rage Action Tourmente au Pays de Lanvaux, Imprimerie " La Limitrophe ", 1991 — Le Morbihan en guerre 1939-1945, Archives départementales du Morbihan, 2009. — Kristian Hamon, Agents du Reich en Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2011. — René Le Guénic, Les Maquisards chez nous en 1944. Gourin-Le Faouët-Guéménéet Morbihan-Mémorial de la Résistance, Imprimerie Basse-Bretagne-Quéven-Morbihan, 2013. — Site Internet FFL-SAS (photo). — " Lieux mémoriels en Morbihan-Trédion " et " Brûlés vifs par représailles. Le 14 juillet 1944 au village Karlanvaux, en Trédion ", dossiers en ligne sur le site Internet des Amis de la Résistance du Morbihan, ANACR-56. État civil, Bidart (acte de naissance) ; Trédion, (acte de décès transcrit le 10 décembre 1945).

Florence Roumeguere le mercredi 09 octobre 2019 - Demander un contact

Réponse :

" rejoignit l’Angleterre en passant par l’Espagne en octobre 1943" et donc trop tard pour être Français Libre

Son dossier GR 16 P 164053 | DECREPT ( Francis ) | 1919-08-27 n'indique pas d'homologation

FAFL SAS  dit " Engagé aux FFC le 22 août 1943" trop tard aussi mais de peu


Registres de nationalité ouverts par les Forces françaises libres à Londres

PICKSTON, André

Naissance : 17 janvier 1925, Paris, France. Résidence : lieu non indiqué. Type d'acte : acquisition de la nationalité française par réclamation. Date de déclaration : 22 octobre 1942. Date de récepissé : 9 novembre 1942. Remarque : réclamation en vertu de l'article 3 de la loi du 10/08/1927, dans l'impossibilité due à la guerre de retourner à Paris.

GR 16 P 475977 | PICKSTON ( André ) | 1925-01-17  ?

Laurent Laloup le mercredi 02 octobre 2019 - Demander un contact

Réponse :

Mais est il engagé dans la France Libre ou simplement "dans l'impossibilité due à la guerre de retourner à Paris" ?

Dernière mise à jour le samedi 07 décembre 2019

 

Vous pouvez à tout moment obtenir la rectification des données, vous concernant, inscrites dans cette base qui est déclarée sous le n° 1137942 auprès de la Commission Nationale Informatique et Liberté



fiche.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 13 10 2019  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.26 s  7 requêtes