Histoires de Français Libres ordinaires

 
Accueil
 
Sommaire
 Français Libres
 Ghémard
 Laborde
  Enfance
  Ne doute plus
  L'Appel
  Angleterre
  14 juillet
  12 chars
  Discipline
  Périple
  Syrie
  Avec Leclerc
 Cordier
 Cheveigné
 Montaut
 Berntsen
 Le Floch
 Poualion
 Letoquart
Contact
Recherche
Plan
 
 

Son recit

 

12 chars Hotchkis et 17 anciens de Norvège

 

Pendant quelques jours, au 2e ou 3e étage de l'Olympia, nous apprenons à marcher, tourner, virer.

Nous sommes pris en charge par un adjudant des chars, volontaire dans les Forces Françaises Libres et un sergent de la cavalerie motorisée. Nous apprenons à distinguer les grades. Grâce à la légion, nous pouvons vérifier la valeur de notre mémoire. Pour la marche, il est évident que nous savions tous marcher avant de venir en Angleterre, mais un vrai soldat doit savoir le faire sans chercher à cueillir des cerises ou débusquer des champignons. J'ai un souvenir flou de la visite du Général de Gaulle. Une sortie à Hyde Parc, une autre au milieu des magasins de toute sorte et adieu l'Olympia.

Départ vers le sud, vers Aldershot. Nous débarquons dans une petite gare et en route, à pied, vers le camp de Delville. Nous allons remplacer une unité canadienne.

A l'entrée du camp, une musique militaire avec des cornemuses me semble t-il nous met automatiquement au pas et nous donne meilleure allure, nous, des civils encombrés de sacs à dos ou de valises ou des deux à la fois.

L'ensemble des Français Libres sera regroupé à Delville en juillet et août 1940.

Suivant notre choix, nous sommes regroupés par unités qui feront, espère-t-on l'ossature de l'armée formée par le Général de Gaulle.

Cavalerie Motorisée, Chars, Génie, Artillerie, Aviation, Légion, Marine, chacun est dirigé vers son baraquement. Quel confort ! Chambrées propres, douches, sanitaires, eau chaude, cuisines bien équipées.

Pendant quelques jours nous aurons le breakfast anglais, mais ensuite, régime traditionnel français. Pour moi, c'est dommage !

Les journées passent entre l'entretien de nos chambres, les séances de marche sur le Parade Ground, les finesses du maniement du fusil en 3 ou 4 temps.

Nos instructeurs venus de Norvège avec leur équipement et chars ne sont guère des spécialistes de ces exercices, mais il se trouve toujours quelqu'un qui en sait un peu plus que les autres.


cliquez si vous voulez

Dans notre compagnie de chars, 12 chars Hotchkis de 13 tonnes, commandés par deux officiers réservistes, les lieutenants  Volvey et Divry, il n'y a que 17 anciens de Norvège sur les 120 membres de l'unité. Quelques rescapés de Dunkerque se sont joints à nous.

Ces exercices ont fini d'écoeurer les semelles de mes souliers qui baillent lamentablement.

Le 13 juillet 1940 après-midi :

Rassemblement avec tous nos bagages, comme pour un nouveau départ. Bien sûr nous partons mais pas très loin : une grande tente transformée en salle de douches.

Nous laissons nos vêtements et toutes nos affaires sur le sol et entrons dans cette salle de douche. Sortie opposée et distribution dans l'ordre : serviette éponge pour s'essuyer, caleçon long, chemise sans col, chaussettes de laine grises, pantalon et veste de battle-dress, bretelles, gamelle, couverts, couteau avec poinçon, tasse émaillée pour le thé, sac à dos, musette, masque à gaz, casque plat, affaire de toilette et de couture, chaussures à clous sans tête et talon avec un fer à cheval, guêtres courtes et enfin, pour surmonter le tout, un calot que l'on place sur le coté du crane, à la limite de l'adhérence.

Avec tout ce matériel nous rejoignons nos chambrées et mettons le tout en ordre dans notre armoire.

De nos affaires laissées devant la tente-douche, nous n'aurons plus besoin. Nous aurons gardé, suivant le goût ou la richesse de chacun, quelques papiers souvenirs et autres nous rappelant la vie que nous venons de quitter.


Accueil / Sommaire / Laborde / 12 chars

Discipline



page.php PHPisé et MySQLisé par Jacques Ghémard le 31 5 2013  Hébergé par PHP-Net  Temps entre début et fin du script : 0.01 s  9 requêtes